COSMOGRAPHIE

DRAWINGS

COSMOGRAPHIES SERIES E :      dimensions : 25 cm                                  technique : acrylic, graffiti on leather.

Daniela Busarello participe à l’événement AD Intérieurs 2017, à travers sa collaboration avec l’architecte designer franco-américain Elliott Barnes.

Avec une scénographie centrée sur le travail du cuir, Elliott Barnes valorise le savoir-faire 100% français en proposant un travail inédit de cette matière, qu’il soit brodé, lamellé, tatoué ou utilisé comme un élément structurant du mobilier. L’architecte designer a fait appel au talent de l’artiste Daniela Busarello, qui présente trois dessins sur cuir. Les pièces de cuir circulaires mettent en scène la création « Cosmographies ». 

Je me suis plongée sur l'espace de Elliott, ces choix de formes, son univers de couleurs, textures et surtout sur sa matière de prédilection, le cuir... son aspect naturel, ces sensations olfactives et de toucher à la fois sauvage et raffiné. 

Ce que Elliott Barnes affirme de notre collaboration:  « J’ai découvert Les Cosmographies de Daniela Busarello à l’occasion de l’exposition à la Galerie Agnès Monplaisir pour la Manufacture Cogolin. Les paysages de Cosmographies imaginés par Daniela font écho à l’œil de l’architecte, confronté à l’infiniment petit autant qu’à l’infiniment grand, dans un environnement évolutif. Dans ce salon présenté à la Monnaie de Paris, les trois panneaux en cuir de Cordoue font écho aux trois médaillons de Daniela. Un dialogue naît ainsi entre ces deux ensembles, et souligne le thème principal du salon Jean Varin.» 

photos de l' espace AD Intérieurs  : Francis Amiand

COSMOGRAPHIES :  

Daniela Busarello développe un langage propre, la “Cosmographie”,  à travers des dessins doux, poétiques, érotiques , féminins, viscérales…

C'est un langage-paysage utopico-oniriques propre à Daniela.

Un langage où l’infiniment grand et l’infiniment petit s’entrechoquent et se répondent avec une sensualité outrageusement féminine. 

Dialogues entre la chair et le cosmos, l’observation des micro et macro-cosmos connectés: des corps nus, de la nature, des musiques, des sensations, des odeurs, de la représentation-investigation de la mémoire intime... 

C’est à travers l’anthropophagie de la réalité qu’elle construit des paysages de soi… Un mélange d’un nouveau être, natures mortes et auto-portraits”. 

Louise Borgeois is a muse. 

sur commande : db@danielabusarello.com